The Creative and Competitive Economy

The Information Superhighway

To those of us born in the information age, it is obvious that improving our government’s efficiency will rely upon, and greatly benefit from, the use of the Internet and web applications. The potential of broadband technologies to revolutionize how the Canadian government bolsters its economy and social well-being is an exciting future that awaits all of us. Ideas are limitless: from greater government transparency through online consultations and town halls, to mobile voting, to greater accountability not only from governments, but also from its citizens.

If there ever was a time where the integrity of democracy could be radically improved, it is now in the 21st century. As the construction of cross Canada railways uplifted the country through igniting industry, bringing all of Canada online can unite the country through a strengthened democracy and self-reflective community.

Yet, this future is only possible if the entire country has access. Due to the sheer size of this nation there are many remote communities in every province and territory still without Internet connections, or at best they have dial-up, and at the web’s current rate of advancement dial-up internet is assuredly not enough.

In short, free market forces have no financial interest in equipping these communities with high speed access, leaving them behind in a society where access to web resources is an assumed given.

To ensure the integrity of our government’s migration online, how should the Canadian government proceed to ensure that every citizen has access to broadband Internet by 2017?

Présentation du Jour de Souvenir à l’école sécondaire Vincent Massey Collegiate le jeudi 7 novembre 2013

Discours de la Semaine du Jour de Souvenir 2012 aux étudiants de sécondaire 4 de l’école Vincent Massey Collegiate (VMC): 

Des étudiants de l’école sécondaire Vincent Massey Collegiate qui construisent des marqueurs pour Opération Husky 2013:

Students from Vincent Massey Collegiate making Soldier Markers

Students from Vincent Massey Collegiate with a Soldier Marker

Des marqueurs Opération Husky 2013 placé au bords de l’autoroute à Valguarnera, Sicile:

 Soldier markers placed on the roadside in Valguarnera, Sicily

Cimetière de Guerre Canadien d’Agira, Sicile:

Brésil et Canada à Port-au-Prince, Haiti:

Brésil et Canada à Port-au-Prince, Haiti

Le Colonel du Régiment, Le Mgén (ret) Alain Forand vous invite à joindre la communauté du Centième:

JE ME SOUVIENS
Dans la tourmente de la Première Guerre mondiale, le gouvernement canadien autorise la formation du seul bataillon d’infanterie francophone qui participera aux combats de la Grande Guerre et signe ainsi la naissance du 22e Bataillon (canadien-français). Les actes de bravoure et les honneurs de batailles du Bataillon lors de la Première Guerre mondiale lui valent une reconnaissance au Québec, au Canada et sur le plan international. Il devient la fierté des Canadiens français. En 1920, à la demande du Gouvernement du Québec et de la Ville de Québec, il s’installe à La Citadelle de Québec qui devient sa garnison, et en 1921, le bataillon devient le Royal 22e Régiment, un des trois régiments réguliers d’infanterie des Forces canadiennes. Par la suite, il participe à tous les conflits et missions de paix ou d’aide humanitaire des Forces canadiennes. Son succès permet aux francophones de s’épanouir et de servir en français tout en défendant leur pays.Depuis sa création, le Régiment a toujours défendu le français comme langue de travail et de vie en sauvegardant son identité et ses valeurs canadiennes-françaises au sein d’une administration anglophone. Cette ténacité a fait du régiment un modèle pour la création d’autres régiments francophones et un chef de file dans l’introduction du français dans divers milieux exclusivement anglophones comme les administrations militaires et fédérales et celles des entreprises privées.Ainsi, en plus de ses participations remarquées lors de conflits armés, de missions de paix à l’étranger ou de soutien auprès de la population canadienne, le Royal 22e Régiment a eu un impact indéniable sur le fonctionnement de la société civile et des affaires au Québec et au Canada. Le Régiment a ainsi acquis ses lettres de noblesse auprès de la population québécoise et canadienne-française tout en participant au rayonnement des Forces canadiennes au Canada et à l’étranger.L’héritage de ce valeureux Régiment s’inscrit au sein de l’héritage de plusieurs familles québécoises et c’est à ce titre que nous convions la population à venir partager avec nous quelques moments de ce bel héritage militaire.

Le 21 octobre 1914 marque la création du 22e Bataillon (canadien-français):

Nous étions ici:

Remerciement du Contingent Canadien en Haiti:

Onion Skin #1: The Armed Pacifist

I will continue recounting on how I became a UN Peacekeeper by peeling off the first layer of understanding known as, “The Armed Pacifist”.

 

Due to my post-secondary educational and cultural experiences, along with the global reaction to 9/11 principally with the War in Iraq, I was hard-pressed to not label myself as a pacifist for the greater part of my early to mid-twenties. I looked up to historical figures like the leader of the modern non-violence movement, Mohandas Gandhi who once stated that “There are many causes that I am prepared to die for but no causes that I am prepared to kill for.” Even the great Albert Einstein has been quoted as saying that “Taken on the whole, I would believe that Gandhi’s views were the most enlightened of all the political men in our time. We should strive to do things in his spirit … not to use violence in fighting for our cause, but by non-participation in what we believe is evil.” With such enlightened leaders promoting such a non-violent discourse, it is no wonder as a young mind that I decided to follow their premises almost blindly.

 

If we look towards J.D. Salinger who wrote one of the books that shaped my adolescence “The Catcher in the Rye”, one finds a contradicting view to what Ghandi, and many others after him, lived by. In the book, the protagonist Holden Caufield is presented with the following quote from his professor, “The mark of the immature man is that he wants to die nobly for a cause while the mark of the mature man is that he wants to live humbly for one.” The paradox that such perspectives create is complex for a young, learning mind to understand and to make sense of it all. They are almost polar opposites of one another. On the one hand, there is the absolute inexistence of a cause to end the life of another and, on the other; there is the view that Ghandi’s belief is to be “immature” especially, in regards to self-defense. I have coined this paradox as “The Pacifist’s Dilemma”.

 

3248749010_6af632e91b_bIt was my journey through Israel and the Palestinian Territories, Jordan and Egypt that I began to modify my pacifist ways. Travelling across these historical territories, one cannot hide from the conversation of war and its various origins. I visited the region in the Sinai known as “Canada Camp” since it is where the Canadian Contingent to UNEF, the first UN Peacekeeping force ever deployed, was stationed. I wanted to walk the grounds that the Canadians held in order to feel connected to Canada’s noble and selfless role in it all. Recalling what Dag Hammarskjöld, the United Nations Secretary General who executed Lester B. Pearson’s UNEF proposal, said “Peacekeeping is not the job of a soldier but only a soldier can do it.”

It was then, while on my 14 hour taxi ride from Sharm El Sheikh, Egypt to Rafah, Egypt (where parts of “Canada Camp” was located) during Jumu’ah (Islamic Friday Prayers) that my current perspective on non-violence began to come to fruition. I began to recall the teachings of the “Shorinjiryu Kenshin Karatedo”; a martial arts style with its origins in one of the oldest styles of karate (Okinawa martial arts) and the martial style which I used to practice throughout high school. Shihan Masayuki Hisataka, the son of the founder of Shorinjiryu Kenkokan Karatedo, was elected to represent Japan at “Expo ’67: Man and his world” in Montreal. After Expo ’67, he remained for several years to instruct his new disciples. One of his students was my high school teacher who then, in turn, guided my instruction until the rank of brown belt back stripe before graduating from high school.

 

3248806292_d010dcf6f5Under the direction of my high school teacher, I was taught that the karate style was originally developed by Zen Buddhist Shaolin monks. It was an all-encompassing way of life that included self-defense especially, from animals and bandits while travelling on the path from one temple to another temple in order to meditate. The karate style taught humility with confidence and courage, and self-defense with respect for life and restraint. It proclaimed that at peace with oneself and others, and in possession of a strong mind and body, one can thus fulfill their commitment to oneself and to society. The introduction of Buddhism through the practice of the karate style fuelled my curiosity and led me to investigate its philosophies.

I was reading the following passage from “What Buddhist Believe” by Dr. K. Sri Dhammanada while on my journey toward “Canada Camp” when a possible solution to “The Pacifist’s Dilemma” began to appear,

“Buddhists should not be the aggressors even in protecting their religion or anything else. They must try their best to avoid any kind of violent act. Sometimes they may be forced to go to war by others who do not respect the concept of the brotherhood of humans as taught by the Buddha. They may be called upon to defend their country from external aggression, and as long as they have not renounced the worldly life, they are duty-bound to join in the struggle for peace and freedom. Under these circumstances, they cannot be blamed for becoming soldiers or being involved in defence. However, if everyone were to follow the advice of the Buddha, there would be no reason for war to take place in this world. It is the duty of every cultured person to find all possible ways and means to settle disputes in a peaceful manner, without declaring war to kill his or her fellow human beings.”

In response to “The Pacifist’s Dilemma” outlined earlier, I look towards the Zen Buddhist Shaolin monks that encountered the bandits and animals along their paths. Out of necessity, the Zen Buddhist monks learned the ways of self-defence as Canadian soldiers learned the ways of peacekeeping. That no matter which school of thought one sides with when it comes to “Nature vs Nurture”, the truth is that these “bandits and animals” are either born that way (Nature) or due to their ‘’environment’’ learn to become that way (Nurture). The rest of society has no choice but to currently interact with these “bandits and animals” along different points on their individual paths towards absolute pacifism.

That, for the moment, the ideal of absolute demilitarization is so far into the future that it should be kept there. For as long as the possibility of even one person in the world of having the intentions of enacting on violent thoughts towards others especially, the defenceless; a need for defences adequate to counter the possible threat is necessary. Furthermore, an ability to defend oneself must always be complimented with an active and vigorous pursuit of self-awareness in order to pre-emptively address the origins of violence in oneself and in others. When the day comes that we fully understand all motivations for violence and are capable of preventatively suppressing them, only then can we begin to whisper our intentions of absolute demilitarization.

It was these life and historical events that led me to enlist in the Canadian Forces as an Infantry Officer so that I can one day be deployed as an UN Peacekeeper – the modern day example of the “Armed Pacifist”.

Pelure d’onion #1 : « Le pacifiste armé»

Je vais poursuivre mon récit et vous expliquer comment je suis effectivement devenu un Casque bleu, en retirant la première couche de connaissance (Pelure d’oignon) appelée « Le pacifiste armé».

 
Compte tenu de mes expériences éducatives et culturelles postsecondaires, ainsi que des réactions mondiales suite au 9/11, et tout particulièrement avec la guerre d’Irak, j’étais aux aguets sans vouloir m’étiqueter comme un pacifiste, dans les premières années de ma vingtaine. Je me suis intéressé à des moments historiques ainsi qu’à des personnages tels que le leader du mouvement moderne de la non-violence, Mohandas Gandhi qui a déclaré : « Il l’y a beaucoup de causes pour lesquelles je suis prêt à mourir, mais aucune pour laquelle je suis prêt à enlever la vie d’un autre. » Même le grand Albert Einstein a dit : « Dans l’ensemble, je crois que la vision de Gandhi est la plus éclairée de tous les hommes politiques de notre époque. Nous devons nous efforcer d’agir en ce sens … ne pas recourir à la violence dans la lutte pour notre cause, ou plutôt ne pas participer à ce que nous croyons, comme étant le mal. » Avec ces dirigeants éclairés favorisant un tel discours de la non-violence, il n’y avait rien de surprenant à ce que je décide de suivre leurs discours presque aveuglément, qui plus est avec mon jeune âge. En examinant l’œuvre de J.D. Salinger, qui a écrit un des livres qui ont marqué mon adolescence l’ « Attrape-cœurs », on retrouve une vue contradictoire à celle de Gandhi et beaucoup d’autres après lui. Dans le livre, le protagoniste Holden Caufield est présenté par ce qui avec la situation suivante de son professeur, « la marque de l’homme immature est celle de quelqu’un qui veut mourir noblement pour une cause, alors que la marque de l’homme mature est qu’il veut vivre humblement pour une cause. »  Le paradoxe soulevé ici est complexe pour un jeune esprit et il n’est pas simple de comprendre et de donner un sens à l’ensemble de ces propos. Ils sont presque des polars opposé d’un de l’autre. Il y a d’une part, l’inexistence absolue d’une cause à la fin de la vie d’autrui et, d’autre part; il n’y a que croyance de Gandhi d’être « immatures », surtout en ce qui concerne la légitime défense. J’ai nommé ce paradoxe le « Dilemme du pacifiste ».

C’est à l’occasion de mes voyages à travers l’Israël et les territoires palestiniens, en Jordanie et en Égypte que j’ai commencé à modifier mes habitudes de pacifiste en sillonnant ces territoires historiquement conflictuels. J’ai visité la région, connue sous le nom de « Camp Canada » dans le Sinaï. Le contingent canadien de la FUNU, premières forces de la paix des Nations unies à avoir été déployées dans la région, y était en effet stationné.

3248749010_6af632e91b_bJe voulais marcher dans leurs pas parce que les Canadiens qui sont envoyés en mission sur ce territoire ont un rôle noble au nom du Canada. Rappelons ce que Dag Hammarskjöld, Secrétaire général des Nations unies qui a mis en œuvre l’initiative FUNU de Lester B. Pearson, a dit : « Le maintien de la paix n’est pas le travail d’un soldat, mais seul un soldat peut le faire. »

 

 

C’est lors de mon trajet en taxi de 14 heures de Sharm El Sheikh (Égypte) à Rafah (Égypte) où les contingents du « Camp Canada » sont situés, et durant la Jumu’ah (prière du vendredi islamique) que mon opinion actuelle sur la non-violence a commencé à se préciser. J’ai commencé à me remémorer les enseignements de « Karatédo Shorinjiryu de Kenshin », un style d’art martial dérivé d’une des plus anciennes formes de karaté (art martial de l’Okinawa), que j’ai pratiqué lorsque j’étais au secondaire. Shihan Masayuki Hisataka, fils du fondateur du Shorinjiryu Kenkokan Karatedo, a été nommé pour représenter le Japon à « l’Expo 67 » : « L’homme  et son monde » à Montréal. Après l’Expo 67, il est resté à Montréal pendant plusieurs années afin de transmettre son art à ses nouveaux disciples. Un de ses élèves a été mon professeur au secondaire. Il a par la suite, à son tour, guidé mon instruction jusqu’au grade de ceinture brune noire que j’ai obtenu avant de quitter l’école secondaire.

Sous la direction de mon professeur du secondaire, j’ai appris que ce style de karaté avait été développé par les moines de Shaolin de bouddhisme Zen. C’était un véritable art de vivre qui visait principalement à se défendre contre les animaux et les bandits lorsqu’ils se déplaçaient d’un temple à un autre afin de méditer. Le style de karaté enseignait l’humilité avec confiance et courage et l’autodéfense dans le respect de la vie et de la réserve. Il est prouvé que lorsque nous sommes en paix avec nous-mêmes et avec les autres, en pleine possession de notre corps et de notre esprit, nous pouvons de ce fait réaliser nos engagements envers nous-mêmes et envers la société. L’introduction au bouddhisme à travers la pratique du karaté a nourri ma curiosité et m’a amené à explorer ces philosophies.

Je lisais le passage suivant de « Ce que les bouddhistes croient » du Dr K. Sri Dhammanada pendant mon parcours vers le « Camp Canada » quand j’ai commencé à envisager une solution au « Dilemme du pacifiste » :

3248806292_d010dcf6f5« Les bouddhistes ne devraient pas être les agresseurs même lorsqu’ils protègent leur religion ou tout autre objet. Ils doivent tenter de faire de leur mieux afin d’éviter tout acte violent. Parfois, ils peuvent être forcés d’entrer en guerre avec d’autres qui ne respectent pas le concept de la confrérie de l’homme telle qu’enseignée par Bouddha. Ils peuvent être appelés à défendre leur pays contre une agression externe, et tant qu’ils n’ont pas renoncé à la valeur de leur vie, ils sont tenus de se joindre au combat pour la paix et la liberté. Dans ces circonstances, ils ne peuvent pas être condamnés pour être devenus des soldats ou s’impliquer dans la défense. Cependant, si tous les gens suivaient les conseils de Bouddha, il n’y aurait aucune place pour la guerre dans ce monde. Il est du devoir de toute personne cultivée de trouver tous les moyens possibles pour régler les différends de manière pacifique, en bannissant toute tentative de nuire à ses frères humains. »

En réponse au « Dilemme du pacifiste » mentionné auparavant, je m’intéresse au moine Zen bouddhiste Shaolin qui a croisé les bandits et les animaux tout au long de son parcours. Par nécessité, le moine Zen Shaolin a appris comment se défendre, de la même façon que les soldats canadiens apprennent à préserver la paix. N’importe quelle école de pensée, quand il s’agit du débat « inné vs acquis », considère que ces « bandits et animaux » sont soit nés de cette façon (inné) ou bien qu’ils ont appris à le devenir en raison de leur « environnement » (acquis). Le reste de la société n’a pas d’autre alternative que de faire avec ces « bandits et animaux » le long des différents moments durant trajets individuelles vers le pacifisme absolu.

L’idéal d’un monde absolument démilitarisé est présentement loin dans le futur et devrait y rester. Aussi longtemps qu’une personne dans le monde détiendra la capacité de nuire gravement à autrui, et à ceux qui sont sans défense, un besoin de défense adéquate pour contrer cette menace potentielle sera nécessaire. En outre, une capacité à se défendre doit toujours être accompagnée par une recherche active et vigoureuse de la « Conscience de soi » afin de prévenir les origines de la violence à l’intérieur de soi-même et envers les autres. Quand le jour viendra où nous comprendrons pleinement toutes les motivations de la violence et où nous seront en mesure de les supprimer préventivement, alors seulement ce jour-là, nous pourrons commencer à exprimer nos intentions de démilitarisation absolue.

Ce sont ces événements historiques ainsi que mes expériences de vie qui m’ont amenés à m’enrôler dans les Forces canadiennes comme officier d’infanterie, afin que je puisse un jour être envoyé en tant que Casque bleu – l’exemple des temps modernes du « Pacifiste armé ».

 

La théorie de pelure d’oignon de la connaissance – le Prequel

 

‏(traduire par ma copine, Isabel Rainville)

”Sak pase” (Créole haitïen pour « Que ce passé t’il »),

Les prochains entrées de blog portera sur les origines de la mission de maintien de la paix des Nations unies en Haiti et plus de detail a mon sujet pour ceux qui veulent en savoir plus.  Le sujet sera développé lors des prochains entrées de blog qui peut être considérée comme une série de films et par conséquent, le titre de celui-ci sera, « The Prequel » (le reste du titre sera expliqué à la fin de cet entrée de blog). Et il commence comme ainsi.

Le chemin qui m’a amené à devenir un casque bleu de la paix pour les Nations Unies a commencé lorsque j’étais au Cégep Vanier à Montréal. Après avoir décidé de ne plus étudier en Sciences de la nature, j’ai décidé de m’aventurer dans l’inconnu en optant pour des études en Sciences humaines. Auparavant, en raison de limitations, ma compréhension du monde se limitait principalement à mon quartier de Saint-Michel et de ses environs.

On peut rarement séparer notre penchant initial pour un sujet du professeur. Mon professeur était vraiment captivant et avait tout ses élèves accroché à ses paroles. Avec des années d’expérience dans l’enseignement en sciences politiques, il traitait chaque cours comme un peloton d’infanterie ; armer ses « soldats » dans le sens du devoir civil et moral afin des préparer à affronter les injustices du monde, ainsi que celle chez soi. Mais, avant qu’il nous permette d’aller en « bataille » sur les plaines de l’injustice, il a veillé à ce que nous ayons compris “qui nous étions” en tant que Canadiens et d’où nous venons. L’idée est aussi vieille que les inscriptions dans le vestibule du Temple d’Apollon à Delphes où l’un des nombreux Proverbes situés à l’Inner Temple de Louxor « se connaître soi-même ». Et apprend sur nous-mêmes, le Canada et notre place dans le monde, ce que nous avons fait.

Notre salle de classe à l’époque était composée d’étudiants qui sont nés pendant les années « perdues » soit entre la Generation X qui s’est terminée vers 1979 et  génération Y a commencé vers 1983. J’ai surnommé ces Canadiens « perdues » comme étant les « enfants de la Charte » puisqu’ils sont nés à l’époque du rapatriement de la Constitution canadienne, qui comprend la Charte canadienne des droits et libertés. Pour les « enfants de la Charte » qui sont nés dans la Province du Québec, comme moi, ils ont vécu une enfance dans les quartiers des familles déchirées par référendum. Où nos pères, Pierre Trudeau et René Lévesque avec des querelle politiques étalées sur les tables de nos maisons, puis dans les rues des grands centres urbains du Québec.

Retour en classe, avec la deuxième Intifada en éruption entre les Israéliens et les Palestiniens au tournant du XXIe siècle, mon professeur a lié ses origines à la « crise de Suez » et l’utilisation de la Force d’urgence des Nations unies (FUNU). En 1956, FUNU a été la première force de maintien de la paix des Nations unies jamais déployée, et elle a été créée afin de maintenir la paix entre l’Égypte et l’Israël (conflit connu comme étant la « Crise de Suez »). La proposition est originaire de cette époque, du ministre canadien des affaires extérieures, Lester B. Pearson. Plus tard, le très honorable Lester B. Pearson, le dernier premier ministre a avoir servi dans les Forces canadiennes, a reçu un prix Nobel de la paix pour son rôle dans la création de la Force de maintien de la paix des Nations unies. Ensuite, nous lisons sur les atrocités que nous fumes témoins au cours des missions de maintien de la paix des Nations unies, tel que celle au Rwanda avec les premières lignes du front du commandant de la Force, le Lieutenant-général canadien renommé (ret) Roméo Dallaire. Nous avons également appris sur la première force multinationale envoyée à Haïti, de 1993 à 1997, après le coup d’État militaire qui a renversé le gouvernement de Jean-Bertrand Aristide pour la première fois.  C’était la Mission de maintien de la paix des Nations unies qui existaient avant la mission actuelle de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU), dite de la MINUSTAH, qui a débuté en 2004.

Ma passion d’apprendre et d’appliquer ma citoyenneté du monde par le biais de travaux internationaux est née.  Allumant la mèche de la lampe qui m’a guidé sur le chemin qui ma conduit là où je suis aujourd’hui. Et puis, il y a eu le 9/11 et la flamme qui était allumée a commencé à scintiller dans l’obscurité de ces années qui ont suivi. Le monde qui m’avait été  enseigné dans mes cours de sciences politiques, le jour avant l’événement a cessé d’existé. Avec beaucoup d’autres segments de la société, les jeunes nord-américains ce  promenaient dans un territoire inexploré. Les « enfants de la Charte » sont nés dans un pays où l’humain, les droits étaient protégés par la Charte canadienne et ont cru qu’un monde de réconciliation pacifique était possible. Ils sont entrés dans l’âge légal avec des ambitions de poursuivre le travail des générations précédentes de Canadiens favorisant la protection des droits fondamentaux de la défense par le biais de leur poursuite brûlant des idéaux dans la participation du Canada aux organisations internationales, tel que l’ONU. Au lieu de tout ça, les « enfants de la Charte » ont faient face à un environnement national et mondial accrue de violations des libertés et des droits de l’homme. Newsweek Magazine a appelé les jeunes âgés de 10 à 20 sur le 11 septembre 2001 comme «génération 9/11», un sous-groupe qui coïncide avec les «enfants de la Charte».

Ce sous-groupe très canadien n’a jamais vraiment été examiné selon mes savoirs. La description est le résultat d’une enquête sur les origines de mes positions politiques et idéologiques, un exercice que j’ai effectué, il y a quelques années en arrière et qui est toujours en cours. Elle remonte à l’idée « se connaître soi-même » qui est aussi vieille que l’Antiquité elle-même. Il est également à l’origine de « La théorie de la pelure d’oignon de la connaissance » où grâce à l’utilisation d’un oignon comme une métaphore d’une transenne de systèmes de connaissances, on peut comprendre comment l’information sur soi-même et sa relation avec le monde. J’ai découvert que j’ai commencé à mieux comprendre les interactions entre les différents systèmes et les croyances, les plus que  j’ai enlevé des couches de l’oignon et le plus que j’étais proche, je suis arrivé à «me connaitre moi-même » ce que signifiait pour ma communauté, mon pays et ma place dans le monde.

 

The Onion Skin Theory of Knowledge – The Prequel

 

”Sak pase” (Haitian Creole for ”what’s happening”),

The following blog entries will be for those interested in learning more about me and the origins of the UN peacekeeping mission in Haiti.  The subject will be elaborated on throughout the next few entries which can be viewed as a film series and hence, the title of this blog, “The Prequel” (the rest of the title will be explained at the end of this email). And it begins as so.

The journey of becoming a UN peacekeeper began while I was attending school at Vanier College in Montreal. Having decided that I no longer wanted to study the Natural Sciences, I decided to venture into the unknown: the Human Sciences. Until then, due to limitations, my understanding of the world was confined mostly to my neighbourhood of Saint-Michel and its immediate surroundings.

Rarely can one detach one’s initial attraction for a subject from their professor. My professor was truly captivating and one that had everyone clinging to his every word. With years of experience teaching in Political Science, he treated every classroom as an infantry platoon; arming his “soldiers” with a sense of civic and moral duty in order to prepare them to confront the injustices abroad, as well as, at home. But, before he allowed us to go out into “battle” on the plains of injustices, he ensured that we understood “who we were” as Canadians – where we came from. The notion is as old as the inscriptions in the vestibule of the Temple of Apollo at Delphi or one of the many proverbs located at the Inner Temple of Luxor – “Know thyself”. And learn about ourselves, Canada and our place in the world, we did.

Our classroom at the time consisted of students that were born during the “lost” years – where Generation X ended (circa 1979) and where Generation Y began (circa 1983). I have nicknamed these “lost” Canadians as the “Children of the Charter” since they were born around the time of the patriation of the Canadian Constitution which included the Canadian Charter of Rights and Freedoms. For the “Children of the Charter” that were born in the Province of Quebec, like myself, they experienced an infancy in referendum-torn families and neighbourhoods. Where our fathers’, Pierre Elliot Trudeau and René-Lévesque, political quarrels spilled out onto the dinner tables of our homes and then into the streets of Quebec’s major urban centres.

Back in the classroom, with the Second Intifada erupting between the Israelis and the Palestinians at the turn of the 21st century, my professor linked its origins to the ‘Suez Crisis’ and the utilization of the United Nations Emergency Force (UNEF). In 1956, UNEF was the first UN peacekeeping force that was ever deployed and it was created to keep the peace between Egypt and Israel (conflict known as ‘Suez Crisis’). The proposal originated from then, Canadian Minister of External Affairs Lester B. Pearson. The Right Honourable Lester B. Pearson, the last Prime Minister to have served in the Canadian Forces, later received a Nobel Peace Prize for his part in the creation of the UN Peacekeeping Force. We then read about the atrocities witnessed during UN Peacekeeping Missions like in Rwanda with front line accounts from its Force Commander, the internationally renowned Canadian Lieutenant-General (ret’d) Romeo Dallaire. We also learned about the first multinational force sent to Haiti, from 1993 to 1997, after the military coup that toppled the Jean-Bertrand Aristide government the first time.  It was the UN Peacekeeping Mission that predated the current UN Peacekeeping Mission, known as MINUSTAH, which began in 2004.

My passion to learn and apply for citizenry of the world through international work was born – igniting the wick of the lamp that guided me along the path that led to where I am today. And then there was 9/11 and the flame that was lit began to flicker in the darkness of those years that followed. The world that had been taught to me in my political science classes just the day prior to the event existed no longer. Along with many others segments of society, the North Americans youths, were walking into unchartered territory. The “Children of the Charter” were born into a country where human rights were protected under the Canadian Charter and who believed in a world of peaceful reconciliation was possible. They entered legal age with ambitions to continue the work of previous Canadian generations promoting the protection of basic human rights for the defenceless through their staunch pursuit of ideals in Canada’s involvement in international organizations like the United Nations. Instead, the “Children of the Charter” faced a national and global environment of increased violations of civil liberties and human rights. Newsweek Magazine termed young people between the ages of 10 and 20 on September 11, 2001 as “Generation 9/11” – a sub-group which coincides with the “Children of the Charter”.

This very Canadian sub-group has never really been looked into for what I know. The description is a result of an investigation into the origins of my political ideological stances – an exercise I performed a few years back and will be forever ongoing. It goes back to the idea of “Know thyself” that is as old as Antiquity itself. It is also at the origin of “The Onion Skin Theory of Knowledge” where through the use of an onion as a metaphor for a latticework of systems of knowledge, one can understand how information about oneself and the world relate. I found that the more I began to understand the interactions between various systems and beliefs, the more layers I removed from the onion and the closer I got to “Knowing myself” and what that meant for my community, my country and my place in the world.

 

St. Léonard, l’immigration italiénne et leur mémoire collective

Thanks to my friend Rym Achour’s undergraduate paper on Italian immigration in Montreal for the Department of Geography for UQAM (Université de Québec à Montréal), I present to you the following blog entry. According to my personal experiences, growing up and walking the neighbourhood, it is a fresh explanation for how and why my surroundings came to be and the direction it might be heading in. Enjoy!

INTRODUCTION

L’immigration a toujours joué un rôle capital dans l’Histoire du Canada, notamment au 20ème siècle. Depuis cette période les immigrants qui se sont établis dans toutes les régions du pays l’ont enrichi; la même prospérité et les mêmes progrès, que l’ont connaît aujourd’hui, n’auraient pas été enregistrés sans cet apport. Dans le même sens, la ville de Montréal est un territoire d’accueil très connu à travers le pays. En effet la plupart des immigrants se dirigeant vers le Québec se sont installés dans la ville de Montréal. Cette région métropolitaine rassemble de nombreuses origines ethniques depuis le début des premières vagues d’immigration au Canada. Les ethnies établies dans la ville depuis deux à trois générations ont édifié et gravé leurs marques sur le territoire montréalais. L’appropriation du territoire s’est effectuée de plusieurs façons; que ce soit par la construction de commerces propres à leur culture ou par la mise en place de lieux cultes, d’institutions, d’hôpitaux….le marquage du territoire est perceptible sur le terrain. Aujourd’hui, Montréal est une ville cosmopolitaine, riche de cultures et d’histoires.

À travers les années, une mémoire collective s’est construite dans les quartiers de Montréal. Cette mémoire est relative à la question du souvenir et de la transmission, elle est le lien entre la mémoire Historique et la mémoire individuelle. Selon Mme Géronimi, professeur de géographie à l’UQAM, la mémoire collective est différente de l’Histoire, elle se définit comme un souvenir collectif de deux à trois générations. Cela nous amène à nous questionner sur plusieurs aspects: Par quels moyens s’approprie-t-on l’espace et le temps dans l’édification de la mémoire collective? Comment la mémoire portée par des groupes, parties ou associations peut-elle agir sur des représentations individuelles?Comment passe-t-on de la multiplicité des représentations à la mémoire collective?

Le quartier St Léonard est un bon exemple de l’appropriation du territoire par une communauté culturelle : celle des Italiens. La mémoire collective des Italiens est clairement perceptible à travers le quartier. Lors de ce travail, nous examinerons et analyserons le quartier St Léonard à l’aide de l’enquête archivistique, de terrain et de dossier de presse.

Nous étudierons principalement la présence presque majoritaire des Italiens dans ce quartier. Nous répondrons également à des interrogations qui suscitent notre attention : Pourquoi les Italiens sont-ils arrivés très tôt à Montréal par rapport aux autres immigrants? Comment et pour qui le quartier St Léonard a été construit ? Pourquoi les Italiens ont-ils décidé de venir migrer à Montréal?

Dans un premier temps nous verrons donc l’histoire du quartier St Léonard; pour ensuite nous pencher sur l’histoire des immigrants italiens. Enfin nous verrons comment s’est forgée la mémoire collective des italiens dans le quartier.

1. HISTORIQUE DU QUARTIER SAINT LÉONARD

• Configuration
Le territoire de Saint-Léonard s’étend sur 13,7 kilomètres carrés dans le secteur nord-est de l’île de Montréal et est bordé au nord par l’arrondissement de Montréal-Nord, à l’est par l’arrondissement d’Anjou, à l’ouest par celui de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et au sud par ceux de Rosemont-La Petite-Patrie et de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.
Traversée de part en part, d’est en ouest, par l’autoroute métropolitaine, l’agglomération léonardoise est pourvue de trois grandes artères routières : Viau, Langelier et Lacordaire, qui la sillonnent du nord au sud et la relient rapidement aux autres arrondissements de Montréal.

Entre ces voies rapides s’intercalent des îlots de quartiers résidentiels. L’aménagement des rues de ces quartiers a été conçu de façon à préserver les caractères paisible et sécuritaire des lieux.
Tout ce réseau routier compliqué possède donc le double avantage de permettre, d’une part, au trafic automobile d’être drainé rapidement vers les autoroutes du Québec et, d’autre part, de conserver la tranquillité dans les quartiers résidentiels.
Le secteur industriel occupe une bande de terrain en forme de ” L ” située dans le pourtour nord-est de la localité.
Les deux grands secteurs commerciaux qui caractérisent Saint-Léonard s’alignent le long des rues Jean-Talon et Jarry.
Enfin, les zones résidentielles occupent la majeure partie du territoire et ce sont des maisons de type duplex, triplex et quintuplex et des bungalows qui prédominent. Les bâtiments en hauteur demeurent une rareté à Saint-Léonard.

• Histoire
En 1721, le Nouvelle France reconnaît l’existence d’une localité connu sous le nom de la Cote Saint léonard. En 1886, la Paroisse de St-Leonard-de-Port-Maurice est bâtie; le premier maire Louis Sicard est élu dans la même année . En 1915 la municipalité de la Paroisse de St-Leonard-de-Port-Maurice devient Ville Saint Léonard. En 1962 St-Léonard choisit sa première devise « Res non verba » (des actions et non des paroles). De 1963 à 1980, St-Léonard devient Cité de St -Léonard pour revenir finalement Ville de St-Léonard. En 2001 la ville Saint Léonard devient un quartier de Montréal dans le cadre du plan de fusionnement.

Aujourd’hui Saint-Léonard rassemble plus de 71 000 personnes (archives de la ville de Montréal, 2001) , dont une majorité de souche française alors qu’une bonne proportion provient d’Italie et de pays anglophones. St-Léonard se différencie par la composition pluriethnique de sa population mais aussi par son dynamisme socio-économique et culturel.
De 1886, année de sa fondation, à aujourd’hui, l’histoire de Saint-Léonard se divise en trois grandes périodes importantes :

De 1886 au milieu des années 1950
Cette période est commandée par la vie rurale. La communauté léonardoise est stable et homogène. Le nombre total d’habitants évolue peu : la population passe de quelques centaines d’habitants en 1886, à 326 en 1921, et à 925 en 1956 (BIZIER, 1886). Elle est composée de Canadiens français, catholiques, qui tirent l’essentiel de leurs revenus des travaux agricoles. Les voyageurs s’aventurant à Saint Léonard durant ces années pouvaient admirer des terres cultivées, une rue principale, la rue Jarry et une église.

De 1955 au milieu des années 1970
Ce sont les années les plus mouvementées de l’histoire de Saint-Léonard : les chantiers de construction d’habitations familiales s’accroissent; la population se multiplie(les Léonardois sont 925 en 1956 et 52 040 en 1971); les élus municipaux doivent intervenir dans la planification et le contrôle du développement.

Cela débute par l’initiative d’un groupe de Montréalais rassemblés dans la Coopérative d’habitation de Montréal, qui décident d’acheter une terre à Saint-Léonard : la terre Renaud, qui occupe aujourd’hui le secteur des rues Aimé-Renaud, des Artisans, Alphonse-Desjardins, la Place des Fondateurs et des rues avoisinantes, pour y construire un vaste ensemble domiciliaire mis en place selon les principes d’organisation coopérative. Cette action permettra à 655 travailleurs à revenus modestes d’avoir accès à la propriété et d’élever leur famille en banlieue.

Ce grand chambardement domiciliaire concorde avec deux autres événements majeurs :
-D’une part l’arrivée en grand nombre d’une population de néo-Canadiens d’origine italienne, qui va modifier la dynamique sociale et enrichir la communauté léonardoise au plan humain, social et culturel;
-D’autre part l’élaboration d’un plan d’urbanisme, qui va façonner le territoire de Saint-Léonard et lui donner l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui.

De la fin des années 1970 à aujourd’hui
Les années qui suivent le boum domiciliaire vont être employées à la consolidation. Saint-Léonard achève son plan d’urbanisme, complète l’aménagement de son territoire, améliore ses services à la population, adopte des politiques d’intervention sociale pour répondre à des besoins liés au vieillissement de la population et à de nouvelles réalités sociales.
Ce temps est aussi marquée par la diversification du tissu social et humain de la ville de Saint-Léonard. Aux Canadiens français et aux Léonardois d’origine italienne, se joignent des néo-Canadiens provenant de divers pays.

• Armoiries
(Note. Les armoiries ont été dressées pour la Ville de Saint-Léonard avant la fusion avec la Ville de Montréal et le changement de statut juridique.)

La forme
Se voulant à priori le reflet des racines françaises, l’écu français est l’élément de base des armoiries de la Ville de Saint Léonard. Son champ, divisé en partitions, forme le tiercé. Chaque partition a son thème particulier.
-La partie senestre rappelle le passé de la Ville.
-La croix, surmontée de la fleur de lys, nous rappelle qu’à l’origine Saint-Léonard était une communauté confessionnelle canadienne française.
-La partie dextre démontre la détermination de cette ville pour l’harmonie et l’équilibre entre l’écologie et l’environnement social et économique.
-La partie de la pointe suggère l’activité de notre passé et le soutien de notre avenir.
-La couronne murale démontre l’autonomie de la Ville de Saint-Léonard
-La symbolique de ces armoiries se résume par la devise « RES NON VERBA » qui peut se traduire par « Des actions, non des paroles ».

Les composantes
Écu français : nos origines
Trois partitions : tiercé
Feuilles d’érable : symbole d’appartenance au Canada
Partie senestre (gauche)
Croix : communauté confessionnelle
Fleur de lys : origine française
Gerbe de blé et céleri : origine rurale
Partie dextre (droite)
Arbre : urbanisme et écologie
Usine : environnement économique
Couronne murale : autonomie
Partie de la pointe
Castor : activités passées, présentes et futures
Banderole
« RES NON VERBA » : « DES ACTIONS, NON DES PAROLES »

2. HISTORIQUE DE L’IMMIGRATION ITALIENNE

De la fin du 19ème siècle jusqu’aux années 1970, près de 650 000 Italiens ont choisi le Canada comme pays d’immigration. Les deux tiers de ces immigrants italiens sont arrivés après 1947. Ils étaient attirés par le besoin impératif de main-d’œuvre d’un Canada jeune en plein développement qui offrait des emplois et des salaires plus élevés qu’en Italie. De plus, les politiques canadiennes d’immigration étaient plus ouvertes qu’ailleurs. Dans le fond, l’objectif principal des immigrants italiens au Canada a été d’améliorer le statut socio-économique de leurs familles.

L’immigration italienne au Canada date de très longtemps, on remonte à l’époque de Christophe Colomb lorsque le premier Italien à se rendre au Canada était Giovanni Caboto ou en français Jean Cabot. Celui-ci a exploré les côtes de Terre-Neuve en 1497. Néanmoins, même s’ils sont arrivés au Canada il y a longtemps, les Italiens installés ici étaient à peine 2000 en 1881. Un peu plus tard, près de 26 millions d’Italiens ont quitté l’Italie pour immigrer dans plusieurs régions du globe.(RAMIREZ, 1984, p.13) En fait, les problèmes politiques en Italie sont des éléments déclencheurs qui sont à l’origine de cette période d’immigration italienne. Les causes de cet exode sont principalement d’ordre politique et économique. Puisque les industries se sont longtemps concentrées dans les régions nord-ouest de l’Italie, le développement industriel de plusieurs régions rurales était négligé et celles-ci étaient dans un état de sous-développement chronique. L’instabilité politique et économique de l’Italie après son unification entre 1859 et 1870 a amené les Italiens à aller s’installer ailleurs. À cette situation, on ajoute les pillages des deux grandes guerres qui n’ont fait qu’empirer les temps difficiles en Italie. Conséquemment, un bon nombre d’Italiens ont choisi d’émigrer.

De plus, la pauvreté et la surpopulation au Sud incita les Italiens à vouloir sortir de la misère et trouver un travail ailleurs où l’économie est plus prospère. C’est à la fin du 19e siècle que commença une immigration en provenance de l’Italie Sud, cette première vague d’immigration massive se situe entre 1900 et 1913. Ils se dirigeaient vers la construction des chemins de fer, les mines et les camps de bûcherons pour se trouver un travail. Durant cette période, près de 60 000 Italiens s’établirent au Canada.
La majorité de ces immigrants italiens étaient des jeunes hommes arrivant des États-Unis. Ce furent les possibilités d’emploi offertes ainsi que la forte demande de main d’œuvre par les compagnies de chemin de fer du Canadien Pacifique et du Canadien National et par la Dominion Coal qui les attirèrent. Toutefois, lorsque la Première Guerre mondiale a débuté en 1914, cette période d’immigration en provenance de l’Italie se termina.

La seconde phase de l’immigration italienne se situe entre les années 20 et le début de la deuxième guerre mondiale. La reconstruction du pays après la première guerre mondiale et le redémarrage économique du pays relancèrent l’immigration italienne. Les Italiens se dirigèrent massivement vers les États-Unis, l’Amérique du Sud et le Canada. Au début des années 1920, les Italiens du Sud apparurent au Canada par milliers, profitant d’un vaste réseau de parents et d’amis qui les parrainaient. Après la Première Guerre mondiale, ce n’était plus seulement le jeune célibataire qui immigrait. On comptait parmi les nouveaux arrivants presque autant de familles et de femmes que d’hommes. L’émigration était si populaire dans ces mêmes années que le gouvernement fasciste de Mussolini adopta une loi pour l’interdire entre 1924 et 1929. (RAMIREZ, 1989) Lorsque la Grande Crise éclata en 1929, le Canada cessa pratiquement d’accueillir des immigrants. La communauté italienne, dépendante du travail à la pièce et manuel, beaucoup souffrit au cours de cette période.

De plus, lorsque la guerre éclata et que l’Italie conclut un pacte d’alliance avec l’Allemagne, les Italo-Canadiens furent considérés comme des « sujets d’un pays ennemi ». La situation des Italiens s’envenima, ils furent victimes de racisme et de discrimination dans certaines situations. De peur d’être perçus comme des individus malsains, un bon nombre d’Italiens tentèrent de masquer leur identité culturelle en anglicisant leur nom de famille.

Ensuite, vint la dernière vague d’immigration; celle de l’après-guerre. « L’une des grandes vagues d’immigration des Italiens au Québec correspond à la période d’après-guerre qui avait mis l’économie de leur pays en déroute et qui avait mis plusieurs d’entre eux à la recherche d’un meilleur niveau de vie» révèle M. Giuseppe Manno, président du Congrès national des Italo-Canadiens de la région du Québec, l’ancienne Fédération des associations italiennes du Québec. (PRÉCOURT, 1993) Après la Seconde Guerre mondiale, la pénurie généralisée de main-d’œuvre provoquée par l’essor économique attira, une fois de plus, l’immigration italienne. À cette période, environ 70 % des immigrants de l’après-guerre étaient des Italiens. (BOISSEVAIN, 1971) L’immigration en chaîne massive des membres de la famille était devenue si populaire qu’en 1958 l’Italie était le principal pays source d’immigrants, devant la Grande-Bretagne. Les Italiens immigrants étaient tellement nombreux que le gouvernement fédéral mis en place une nouvelle politique d’immigration qui devait restreindre le nombre d’Italiens arrivant au Canada. Entre 1947 et 1983, le Canada accueillit plus de 20 000 Italiens par année, un sommet étant atteint en 1966 avec 30 000 arrivées. Au cours de cette période de 36 ans, le nombre d’Italiens au Canada tripla, passant de 150 000 à 450 000. Avant la Deuxième guerre mondiale, Montréal était la destination de prédilection des Italiens. Toronto l’a remplacée après la guerre.

De nos jours, 62 % des Italo-Canadiens vivent en Ontario. D’après le recensement de 1996, 729 455 Canadiens se disent d’origine italienne. (Gouvernement du QC, 2003) Les nouveaux venus se sont regroupés, et avec chaque nouvelle arrivée, les quartiers ont pris un caractère italien encore plus distinctif. Ces quartiers ont été désignés sous le nom de « petites Italies ». Au départ, les autres Canadiens ont donné une connotation funeste à ce terme, mais les Italiens l’utilisent maintenant avec fierté et le font même figurer sur les plaques de rue.

D’ailleurs, les premiers Italiens à s’installer à Montréal se sont regroupés dans le quartier appelé aujourd’hui « Petite Italie » situé dans les environs de la rue St-Laurent et Jean-Talon. Le marché Jean-Talon était, au début, la création des Italiens et celui-ci produisait surtout des légumes au parfum méditerranéen.

Par la suite, ils se sont concentrés dans le quartier de St-Léonard, on l’appelle la nouvelle «Petite Italie». Ce quartier a vu les nouvelles vagues d’immigrants italiens, arrivés dans les années 60, et ceci pour plusieurs raisons. D’une part, le projet de construction domiciliaire, piloté par des entreprises dont les propriétaires étaient eux-mêmes des néo-canadiens d’origine italienne; d’autre part, l’entrée des premiers italo-léonardois sur la scène politique municipale; et enfin le déménagement en 1965 de la paroisse italienne Madona del Carmine de Montréal vers Saint Léonard.

3. MÉMOIRE COLLECTIVE

La mémoire collective d’une communauté se perçoit comme une interaction entre la mémoire de l’Histoire et la mémoire individuelle dans un espace défini. Celle-ci est importante dans la prise de conscience des individus de leur appartenance à une identité propre. Les valeurs morales qui se perpétuent par l’éducation au sein de la famille sont un volet fondamental de la mémoire collective. Bien souvent, les lieux sont essentiels à l’identification parce qu’ils sont symboliques et porteurs de valeurs sociales. Les monuments, le nom des établissements, les commerces, les symboles nationaux, les paysages urbains, les lieux de culte sont autant de signes qui maintiennent les traditions, qui consolident le patrimoine et qui entretiennent la mémoire collective.
Afin de constater par nous-même, l’intensité de l’identité italienne à Saint Léonard, nous nous sommes rendues, jeudi 19 mars, au cœur du quartier. Au cours de notre visite, nous avons pu constater la vivacité du nationalisme des italiens et leur appropriation du quartier grâce à des entretiens et grâce à une observation attentive des lieux.

À Saint Léonard, la population italienne est une forte minorité qui s’est approprié le quartier. Leur sentiment d’appartenance est particulièrement fort, et est visible dans le maintien de la langue italienne dont les sonorités sont omniprésentes (journaux, nom des établissements, langue maternelle usitée…) et dans l’organisation sociale que les italiens ont instaurée dans le quartier. C’est en retraçant notre parcours dans le quartier que nous allons tenter de démontrer la force de la mémoire collective des Italiens dans l’ancienne ville de Saint Léonard.

Les valeurs morales
Notre découverte du quartier a été agrémentée de rencontres avec des habitants du quartier d’origine italienne. Ces entretiens nous ont permis de discerner les principales caractéristiques des immigrants italiens. Les valeurs traditionnelles des Italiens sont basées sur le triptyque Famille, Éducation et Religion.
Au cours de nos entretiens, nous avons pu distinguer deux types d’immigrants italiens : les pluralistes et les traditionalistes. Le garagiste interrogé s’est avéré être pluraliste.

Il maîtrisait correctement le français et l’anglais, semblait parfaitement intégré à la vie du quartier et avait des facilités pour entrer en contact (saluait les passants). Les origines italiennes étaient particulièrement visibles dans le simple fait que son entreprise était familiale (il travaillait avec son fils). De plus, un drapeau italien était érigé au coin de son garage (voir ci-dessous). Le récit de son histoire nous a laissé entrevoir sa fierté d’être italien, mais également son désir de s’adapter à son pays d’accueil.

Le gérant de la pâtisserie était plus traditionaliste. En effet, il prônait davantage des valeurs typiquement italiennes. Ainsi, il attribue l’existence du quartier Saint Léonard aux Italiens («les Italiens ont fabriqué Saint Léonard»), il met en valeur ses origines italiennes («Ici, l’Italien est toujours important») mais clame également sa fierté d’être né à Montréal («Je suis né à Montréal, et mon pays, c’est Montréal. J’aime Montréal et je suis fier d’être né ici»). Au cours de l’entretien, il s’est d’abord défini comme Italien, puis comme Montréalais. De plus, il reconnaît les valeurs québécoises mais privilégie ses valeurs italiennes qu’il juge supérieures.

Au delà des clivages entre pluralistes et traditionalistes, nous avons pu constater des discours semblables. L’importance de la famille a été évoquée à maintes reprises : la plupart des relations sociales sont entretenues dans la sphère familiale au sens large. Puisque les relations se limitent au quartier, le sentiment d’appartenance à ce dernier en est plus fort. Le taux important de participation des enfants d’origine italienne aux activités du quartier illustre cette idée.

La langue italienne
Tout d’abord, nous avons constaté l’utilisation courante de l’italien, la langue maternelle. Lors des entretiens, nous avons pu répertorier de nombreuses expressions italiennes. Il nous semble important de souligner le réflexe des personnes interrogées de vouloir nous parler en anglais. En effet, les immigrants viennent à Montréal dans l’espoir de trouver du travail. Dans cette perspective de recherche, parler anglais est recommandable. C’est pour cette raison qu’ils ont privilégié et privilégient l’apprentissage de cette langue au détriment du français. (aujourd’hui, l’immigration italienne se dirige vers Toronto à cause de la loi 101). Il faut savoir que les langues maternelles non officielles sont les plus représentées au sein de la population de Saint Léonard : elles comptent près de 54% de la population totale. L’italien est bien évidemment la plus importante, représentant 33% de la population. Néanmoins, le français, en tant que langue maternelle, est parlé par 39% des habitants du quartier; ce qui est bien au dessus des 7% d’anglophones. (statistiques http://st-leonard.ville.montreal.qc.ca/)

Dans une boulangerie–pâtisserie-charcuterie gérée par des italiens, nous nous sommes plongées quelques instants dans la culture italienne : nous étions entourées de groupes de québécois d’origine italienne qui ne communiquaient qu’en italien! Cette volonté d’entretenir la langue maternelle italienne est encore plus visible dans la presse du quartier. En effet, le journal local intitulé l’Événement est trilingue : italien, français et anglais. Italo est également un périodique qui est rédigé en italien essentiellement (avec quelques articles en français ou anglais); la presse locale alimente le sentiment nationaliste italien dans le quartier Saint Léonard. Les brochures sont elles aussi trilingues.

La rédaction des prospectus et des journaux en italien est un facteur déterminant dans l’entretien de la mémoire collective. Les Italiens s’affirment et sont reconnus en tant que forte minorité dans le quartier. L’utilisation publique de cette langue non-officielle l’établit dans le quartier et renforce ce sentiment d’appartenance des Italiens à cette «Nouvelle petite Italie».

Toutefois, notre exploration de la mémoire collective des Italiens à Saint Léonard s’est enrichie lorsque nous avons tenté de tisser la toile de l’organisation sociale des Italiens dans le quartier. L’organisation, la participation et le sentiment d’appartenance sont des éléments déterminants dans l’entretien de la mémoire collective, et donc dans la constitution de l’identité d’une communauté.

La religion
La grande majorité des habitants du quartier (80,7% par rapport à une moyenne de 63,8% des Montréalais) pratiquent la religion catholique, religion qui est celle de la majorité des Italiens. La prédominance de la religion catholique romaine est visible dans la nature des lieux de culte : actuellement il n’y a pas d’autres lieux de culte recensés autres que quatre églises catholiques.

L’organisation sociale
La communauté italienne est considérablement représentée dans le milieu politique. On peut remarquer la présence de nombreux Italiens tels que Franck Zampino, maire de l’arrondissement de Saint Léonard, et ses adjoints Mario Battista ou R. Zambito. Lorsque l’on observe la liste des maires qui se sont succédés dans l’ancienne ville de Saint Léonard, on peut noter la présence récurrente de maires d’origine italienne.

L’omniprésence de dirigeants politiques italiens dans l’ancienne ville a favorisé la création d’établissements sociaux fortement marqués par l’identité italienne. Ceci est remarquable, dans les années 60, par l’initiative d’un groupe de Montréalais, dont la majorité était d’origine italienne, rassemblés dans la coopérative d’habitation de Montréal pour construire un vaste ensemble domiciliaire; ce qui a permis à un ensemble de travailleurs immigrants italiens à revenus modestes d’avoir accès à la propriété. La création de ces habitations par les Italiens et pour les Italiens, a eu des conséquences sur l’architecture des maisons, et notamment par la présence de petits jardins. Ces derniers renvoient à l’une des habitudes de vie caractéristique des Italiens qui est de cultiver ses propres légumes. Cette tradition est aujourd’hui atténuée à cause du mode de vie nord-américanisé.

L’arrivée d’un grand nombre d’Italiens a engendré un besoin en infrastructures publiques, telles que l’hôpital Santa Cabrini. Ce dernier a la particularité d’être trilingue, français, anglais et italien. L’implantation des Italiens dans le quartier a également nécessité la mise en place d’infrastructures privées au sein desquelles la culture italienne est fortement imprégnée. On peut citer, parmi ces institutions, la Caisse Populaire Canadienne Italienne, la Banque Nationale Italienne, des agences d’assurances tel que l’assurance Cianciulli & associés…

Depuis quelques années, grâce à la Fondation Communautaire Canadienne-Italienne du Québec, le centre Leonardo da Vinci permet de faire perdurer la culture italienne dans le quartier même, et de la faire rayonner dans l’ensemble de la ville. Ce centre communautaire et culturel est un établissement incontournable pour la communauté italienne, tant par sa position stratégique (situé au cœur du quartier, près de l’hôtel de ville et de la bibliothèque), que par sa symbolique (son nom fait hommage au célèbre peintre et inventeur de la Renaissance italienne). Ce centre promeut la culture italienne par le biais d’activités (projections cinématographiques, pièces de théâtres et de musique d’artistes italiens…).
Lors de notre visite, nous avons été choquées par la présence constante de symboles nationaux, tels que les drapeaux de l’Italie, les couleurs vert blanc rouge utilisées dans la décoration de restaurants et de commerces, le symbole de l’étude des proportions de Léonard de Vinci… Tous ces symboles sont la preuve de la ferveur du nationalisme italien dans le quartier.

On peut aussi citer à ce propos la présence d’une mafia italienne qui s’est installé dans ce quartier en même temps que ces habitants. Un de ces chefs, Vito Rizzuto, a été d’ailleurs récemment arrêté. L’importance de la communauté italienne a modifié le paysage de Saint Léonard, notamment au travers des commerces typiquement italiens : beaucoup de pâtisseries spécialisées dans la confection de produits italiens (Boulangerie pâtisserie charcuterie Amaretti), de nombreux restaurants de gastronomie (Ristorante La spuntino), magasins de mode (création Angelo). Cependant, cette prédominance a tendance à s’estomper avec l’arrivée de nouveaux immigrants (asiatiques, Haïtiens, arabes…). Ceux-ci s’installent peu à peu dans le quartier et ouvrent des commerces liés à leurs origines (boucherie halal).

CONCLUSION

A l’aide d’entretiens, de dossiers de presse, d’observation sur le terrain et d’archives, nous avons pu retracé la mémoire collective des Italiens de Saint Léonard : nous avons tout d’abord orienté notre recherche vers la mémoire historique à laquelle nous avons confronté la mémoire individuelle des immigrants italiens. Cette étude nous a permis de constater l’appropriation du quartier par la communauté italienne. Ces derniers ont considérablement modifié la paysage culturel par différents moyens : la présence de la langue italienne, de symboles nationaux, par l’implantation de commerces typiquement italiens… La construction du quartier Saint Léonard a grandement été influencée par la minorité majoritaire italienne. Toutefois, depuis quelques années, le quartier semble subir des mutations. En effet, les nouveaux immigrants de ce quartier viennent d’horizons diverses (Haïtiens, arabes, asiatiques…). Cette nouvelle vague d’immigrants modifie le paysage culturel du quartier en lui apportant couleurs et diversités. Elle propose à Saint Léonard un nouveau visage multiethnique.

Bibliographie

ARRANGIARSI, A., The Italian immigration experience in Canada, éd. Guernica, Montréal,1992.

BIZIER, H-A & LACOURSIERE, J., 100, Ville de Saint Léonard 1886-1986, les albums souvenirs.

BOISSEVAIN, Jeremy, Les Italiens de Montréal, Éd. De la commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Montréal, 1971, 87 p.

Gouvernement du Québec, relation avec les citoyens et immigration, Communauté culturelle du Québec :La communauté Italienne, Québec, 2003, Adresse URL :
http://www.mrci.gouv.qc.ca/quebecinterculturel/fr

La division de communication de la ville de Saint Léonard, archive de la ville de Saint Léonard, Saint Léonard, d’hier à aujourd’hui, décembre 2001.

PRÉCOURT, Diane, Nos amis les Italiens, Le Devoir, 26 mars 1993, adresse URL :
http://www.vigile.net/pol/minorite/ital1.html

RAMIREZ, Brunot, Les premiers Italiens à Montréal, éd. Boréale, Montréal, 1984, 136p.

RAMIREZ, Brunot, Les italiens à Montréal, éd. Boréale, Montréal, 1989, 28p.

Site officiel de la ville de Saint Léonard, adresse URL :
http://st-leonard.ville.montreal.qc.ca/

Statistiques Canada, Portrait statistique de la population du territoire du CLSC Saint Léonard, octobre 1998.

ANNEXES

 Film Caffè italia

 Entretiens

 Information Centro Leonardo Da Vinci

 Journal du quartier de St Léonard Italo de mars 2004

 Cartographie

Film « le caffè italia »

Ce film est de Paul Tana en 1985 qui a obtenu le prix du long métrage québécois de cette même année.

C’est par le biais de témoignages et de recherche d’archives que le réalisateur nous permet de comprendre le pourquoi et le comment de l’immigration des italiens à Montréal. Ce médium est aussi une manière de faire perdurer la mémoire collective.

Parmis les témoignages présentés dans ce documentaire, celui d’une femme italienne arrivée en 1954. Celle-ci éprouve des difficultés d’intégration. Elle nous explique qu’elle a dû quitter l’Italie en bateau pour effectuer un voyage vers les Etats-Unis d’une durée de 40 jours. De New York elle, ainsi qu’une grande majorité d’italiens, s’est rendue vers Montréal pour trouver du travail. Elle en a effectivement trouver en tant que couturière dans une usine. On apprend que bien que les nouveaux immigrants trouvaient facilement du travail (dans les chemins de fer) celui-ci était faiblement rémunéré, à hauteur de 2 dollars pour une journée de douze heures. La plupart des immigrant du début des années 1900 avaient, au départ, en tête la volonté de se faire de l’argent pour ensuite retourner vivre dans leur pays. Cependant les évènements qui suivirent les incitèrent a allonger leur séjour. La montée du fascisme dans les années 1930 avec Mussolini a par la suite stopper l’immigration. Ce dernier a envoyé le général Bilbao à Montréal en 1933 afin de montrer la puissance de L’Italie et de rapporter des lettres aux familles séparées. Dès 1940 où l’Italie rentre en guerre il y eu beaucoup d’arrestations d’italiens à Montréal. Certaines des personnes témoins expriment la difficulté d’être italien à cette époque.
Certains témoignages montrent l’idée préconçue de Montréal comme un ville d’avenir et de travail. Mais les idées se trouvent parfois en contradiction avec la réalité, et ce notamment à cause du facteur climatique.

Les témoins expriment l’importance de perpétuer leur tradition, notamment avec la nécessité de cultiver son jardin car cela est un lien direct avec leurs habitudes de vie. Cette volonté de perpétuer leur tradition se fait ressentir plus fortement car ils ont tirailler par une autre culture. Le marché Jean Talon est souvent cité.

Entretiens

Au cours de notre visite dans le quartier Saint Léonard, nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer des personnes d’origine italienne qui nous ont consacrer quelques minutes de leur temps pour nous dévoiler leur histoire personnelle et leur perception du quartier. Dans un français parfois hésitant et fortement marqué par les sonorités de la langue italienne, ils nous ont ouvert les portes de leur passé; ce volet de notre travail nous a facilité notre quête de la mémoire collective du quartier Saint Léonard. Il nous a permis de confronter ces récits avec les données historiques préalablement étudiées. Ainsi, nous avons interviewé un garagiste italien nationalisé québécois, un pâtissier québécois d’origine italienne et un animateur culturel.

Entretien avec le garagiste
Avant, la ville de Saint Léonard était essentiellement peuplée par des « irish » car ceux sont eux qui sont venus les premiers. Mais les Italiens ont toujours été présents sur le continent. Il y a d’abord eu Americo Vespucci, puis Christophe Colomb, et puis les Français menés par Jacques Cartier.

Mais nous les Italiens, nous sommes arrivés surtout après la deuxième guerre mondiale. C’est à ce moment qu’il y a eu la grosse «évacuation». Ce n’était pas seulement à cause de la pauvreté, mais parce que le monde avait besoin d’ouvrage : en Suisse, Allemagne, Brésil, Venezuela. Bref, un peu partout dans le monde. Mais le Canada, c’était une destination spéciale. Moi, je suis né en Italie et j’ai immigré ici en 1967. J’ai vécu en Allemagne, quand j’étais encore garçon en 1959. Pendant les années 60, quand je disais aux Allemands que je partais au Canada, c’était une grande histoire, je partais en Amérique! Le Canada était une des plus grosses destinations de l’époque. Maintenant, à cause des problèmes politiques et à cause du referendum, la destination privilégiée, c’est Toronto.

Entretien avec le pâtissier
Mes parents sont arrivés au Québec en 1950 pour avoir une meilleure vie. L’Italie souffrait à cette époque d’une surpopulation et d’un manque d’ouvrage. Ma mère vient de Milan et mon père est originaire de Naples, dans le sud. Quant à moi, je suis né ici, au Québec, alors je parle anglais, français et italien. Mes parents sont venus ici avec toute ma famille proche, sans même parler un mot de français, parce que les lois ont changé : avant on jugeait sur les valeurs morales, maintenant c’est différent. Mes parents ont donc traversé l’Atlantique pendant la grosse vague d’immigration. Ils sont venus directement à Montréal, mais pas dans le quartier Saint Léonard; nous avons d’abord vécu dans la Petite Italie. Puis, Saint Léonard, qui est un quartier plus nouveau, a été crée pour les Italiens parce que c’était le secteur italien. Ce sont les Italiens qui ont fabriqué Saint Léonard. Si vous voulez, Saint Léonard, c’est la «nouvelle petite Italie.» Les premiers Italiens qui sont arrivés à Montréal se sont installés dans la vieille petite Italie, puis dans les années 60, les Italiens ont construit les maisons et se sont installés ici.
Aujourd’hui, la population italienne est importante dans le quartier. Ici, l’Italien est toujours important. Il y a 25 ans, c’était vraiment fort. Maintenant, les Italiens se dirigent vers Toronto à cause de la langue. Souvent, on maîtrise mieux l’anglais que le français.
Ici, je fréquente beaucoup d’Italiens parce que je suis Italien. Je reste proche de ma famille et de mes amis du quartier. Mais depuis 5 ans, ça commence à changer. Il y a toujours beaucoup d’Italiens, mais les nouveaux immigrants d’origine arabe, chinoise, indienne sont de plus en plus nombreux. Le quartier devient multiethnique et ça se voit notamment dans les commerces qui deviennent plus variés.

Mais ce n’est pas parce que je suis un Italien dans un quartier italien que je veux finir ma vie ici. Et je ne souhaite pas non plus m’installer en Italie. Je suis né à Montréal, et mon pays, c’est Montréal. J’aime Montréal et je suis fier d’être né ici. Si je pouvais, j’irais peut-être vivre ailleurs avec mes amis. Mais je suis né ici, je connais le quartier et je l’aime. S’il faut que je change de mode de vie, je ne veux pas partir ailleurs. Regardez : au Nouveau Brunswick, ils ont vingt-cinq ans de retard dans leur façon de vivre. Ici, mentalement, il y a deux ans de retard sur l’Europe, que ce soit dans la mode, dans les valeurs ou dans les modes de vie. Mais ce n’est pas suffisant pour que je veuille aller en Italie. Mes parents sont ici, ma famille est ici.
Je ne suis allé qu’une fois en Italie mais j’aimerais y retourner prochainement avec mes filles pour leur montrer à quoi ressemble leur pays d’origine. Je crois qu’il est important qu’elles sachent à quoi ressemble l’Italie!

Entretien avec l’animateur culturel
Je suis né en Italie, j’ai émigré au Québec avec ma famille en 1958. J’ai fréquenté l’école anglaise, ensuite j’ai poursuivi mes études à l’Université McGill, où j’ai obtenu une maîtrise en 1971. Je travaille dans divers médias comme animateur culturel – principalement auprès des immigrés italiens de Montréal – et j’enseigne au Collège Vanier, où j’ai aidé à concevoir des cours dans le but de permettre aux étudiants italiens de se réapproprier leur culture, originellement paysanne et axée sur l’expérience migratoire, pour pouvoir prendre en main leur devenir québécois. Ma vie dans le quartier St-Léonard me plait, tout mon entourage incluant ma famille y habite. Je parle principalement l’anglais et l’italien avec mes proches. Je me sens chez moi ici, j’ai construit ma vie ici et je n’envisage pas de retourner en Italie. En allant dans le marché Jean-Talon et dans les épiceries italiennes, je retrouve mes racines.

Italianita – Remembering our roots / Recordando le nostre radici

The first of hopefully many series of songs and skits relating to our time growing up in Papineau – minority 1st Generation anglophone youths born to working-class Italian parents growing up in a Montréal after 1980 Referendum and during the 1995 Referendum. This is one of The Guys’ recounting of his experience.

The Fantastic Culture Clash between Nonna Pippina & her Grandson

4 years after my grandfather passed away, my grandmother, La Nonna Pippina, the benchmark for all things sarcasm, came to live at my house. My grandmother lived through hard times. Namely, during the allied raids for the liberation of Sicily, she ran to the mountains with her 3 & 2 year old son to seek shelter from the bombings. She was a hard woman, and would show you love through sarcasm and constructive?!-criticism. She was the ultimate mother hen. I loved her, like every grandson loves their grandmother, but sometimes she would make my round ones square. Sometimes, is an understatement. My cousins and I have spent countless hours recounting our own personal experiences with La Nonna Pippina, and I am sure you all have those special stories with your respective Nonna Pippinas. I guess this is my personal tribute to those momments when your round ones become so sqaure that they rip a hole through your favorite pants, that La Nonna Pippina va rippizari with a non-matching piece of cloth (blue polka dot dress) she found in her cloth bag.

Nonna Ungie Scarzare la Mingia (Take I)

Nonna Ungie Scarzare la Mingia (Take II)

Nonna Ungie Scarzare la Mingia (Take III)

Nonna Ungie Scarzare la Mingia (Take IV)

Nonna Ungie Scarzare la Mingia (Take V)

Ada Piciò (A Siciian tribute to Ed Lover’s C’mon Son)

C’mon Son is a phenomenon that took th internet by storm in 2009. Ed Lover speaks his mind about current events with his own very unique twist. Ada Piciò a Sicilian tribute Ed Lover’s online social commentary. Instead I took it from Hollywood to Cattolica, Eraclea, QC ie. Montreal. We all have the old uncle, aunt, dad, mom, Nonna that likes to talk about current affairs in their own community, family etc etc. Ada Piciò is a rendition of all those people who you know in your life that always have an opinion, no matter how outdated, and contrary to your beliefs. But as you know they are always right: ada piciò, la vo finiri cu sta minghiata, comu ti presenti. Tu pensi cha si chiu spertu di mia. SIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII, a hahahahahahaah. C’iau 30 anni supecchiu di tia, e vidica beddru me ti posso imparari comu marcianu li cosi. I by no means condone what my alter ego says, but you have to understand that someone who came off the boat, uneducated, and started working the minute they hit land, thats all they know. You try to make them understand, but its never going to happen. I guess you just laugh at it.

Ada Picio (Take I)

Ada Picio (Take II)

Ada Picio (Take III)

North Star

A song about that special person whose light guides you when its too dark to see. That beacon that shows the way home.

North Star (acoustic)

North Star (with drums)

Tengu nu Sciccareddru (The Lamenting Song)

How many times while growing up did my grandmother slap on old Sicilian records about u terrimoto du quarantasetti (the earthquake of ’51), the story of Salvatore Giuliano (Sicily’s Prince of Theives), the tale of the missing Donkey etc. The songs always had the same 3/4 waltzy beat, the singers always the same cadence, and the spoken word intro before ther singers kick in with their lament. I think the lament was the precursor to ’90’s Eurodance music when the white german guy posing as a black guy would rap before the girl with the airy voice would sing, all this back up by the one finger piano melody. I actually like both genres. One was instrinsic to my childhood as 1st generation italo-canadese boy in the Villeray Papineau area, the other the soundtrack to debauchery. Anyway, back in the 50’s, the car was taking over as the main means of transportation, but we couldn’t afford a car, nor a horse, so we had a donkey; this donkey was the ultimate companion, so obviously when your donkey would pass away or be rustled away by another sheep-herder, it sucked. This is the story of a man and his donkey.

Shekù Gennaro (Take I)

Shekù Gennaro (Take II)

Shekù Gennaro (Take III)

Shekù Gennaro (Take IV)

“Canada at 150”: The Chorus Effect

As Justin once told me in private, “if we get it right for Papineau, we get it right for many parts of Canada” and I think that all of us that volunteer for him, truly believe it too. The members of Papineau have big hearts and big ideas but we also have big challenges. Papineau, the riding I was born and raised in, has the lowest average family income in Canada where:

– renters outnumber owners 74% to 26%;
– 22% of residents over age 25 have a university certificate or degree;
– 45% of residents have French as a mother tongue;
– 47% list neither English nor French, with large groups speaking Spanish, Italian, Greek and Arabic as a first language;
– total immigrant population is 40%.

It is for these reasons that my passion and zeal towards the organization of the “Canada at 150” conference in Papineau, as well as, the participation of the members of the riding stemmed from.

What is “The Chorus Effect”
Wikipedia states that, ‘The Chorus Effect’ occurs when “individual sounds with roughly the same timbre and nearly (but never exactly) the same pitch converge and are perceived as one. While similar sounds coming from multiple sources can occur naturally (as in the case of a choir or string orchestra), it can also be simulated using an electronic effects unit or signal processing device.”

I believe that this is what we have been able to achieve in Papineau! It began with a simple email that I received from the party about a conference to discuss the possibility of a better Canada by 2017 then an encounter with the spiritual animators at the Remembrance Day parade in downtown Montreal where the idea of having Justin and I speak to the high school students was born:

February 26th, 2010 – Vincent Massey Collegiate
March 12th, 2010 – Rosemount High School
March 19th, 2010 – Perpsectives I High School
March 19th, 2010 – John F. Kennedy High School
March 22nd, 2010 – John Paul I Junior High School
March 26th, 2010 – Lester B. Pearson High School

Over the past few months, the voices of individuals from origins across the country and all parts of the globe converged on a natural pitch while being simulated through an electronic webcast we have grown to embrace and make our own: Canada at 150. Although this was a journey in itself, it is just the beginning. Our voices have now been unified under “The Chorus Effect” and we will be looking forward to hear what our echo in Papineau, and across the country, will sound like.

Ode to the volunteers
“Canada at 150” could not have been possible without the help of our devoted volunteers, Executive Committee members of the Liberal Association of Papineau and the staff at the Constituency Office and the Ottawa office. A warm thank you goes out to, in alphabetical order according to last name; Rym Achour, Imad Barake, Cassandra Bauco, Roberto Caluori, Luc Cousineau, Stavroula Daklaras, Marie-Claire Di Carlo, Alessandra Di Viccaro, Demetra Droutsas, Behrooz Farivar, James Fequet, Sabrina Gagliardi, David Halk, Salma Hussain, Vince Lacroce, Louis-Alexandre Lanthier, Sacha Lechene, Youcef Londubat, Mehdi Londubat, Marie-Claire Lynn, Melissa Maluorni, Dino Marzinotto, Lisa Montgomery, John Panetta, Nancy Pasquini, André Pelletier, Elizabeth Pellicone, Pierre Riley, Vince Rodi, Anthony Scozzari, Rocco Speranza, Ece Tepedelenli, Connor Timmons, Father Westphal, Carlos Zuleta.

And a special thank you to Ingrid Ravary-Konopka for if it wasn’t for you and your pillar of support, this event would have remained just another email that I would have not addressed.

Papineau satellite “Canada at 150” conference on Saturday, March 27th 2010

The discussions on Saturday began at 1:15pm and lasted until 2:15pm. For this discussion, we had students from John Paul I Junior High School (accompanied by their teachers Alessandra Di Viccaro and André Pelletier) lead the Papineau riding’s conversation (see links to videos below) on the environment and the preamble that “The Chorus Effect” proposed:

Preamble:

Puneet Birji from CPAC’s “On the Bright Side” was present at the conference and interviewed members of the volunteer team, as well as, the students from John Paul I Junior High School. Take a look at what was reported about our conference on the April 4th, 2010 episode of “On the Bright Side”.

Around 2:15pm, we tuned into the webcast:

Day 2: Geopolitics and Canadian Interests in the North American Energy Market with Dan Gagnier and Michael Phelps

Jour 2 : Géopolitique et intérêts canadiens sur le marché nord-américain de l’énergie avec Dan Gagnier et Michael Phelps

Justin’s day did not finish there. Later that evening, Justin was on “One-on-One” with Peter Mansbridge where he answered questions that I have heard being asked over the past 2 years I have been volunteering with him. But no matter how much one may know Justin or how many times one has heard him speak, one can never be 100% certain of what he will say (like Justin’s great response to Peter Mansbridge’s “Prime Minister” question or his controversial behaviour on CTV’s “Question Period” the following morning).

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 1)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 2)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 3)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 4)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 5)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 6)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 7)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 8 )

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 9)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 10)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 11)

Discussions with members of the Papineau riding before the “Canada at 150” webcast (Part 12)

Theme II: Energy, Environment, and Economy: Growth and Responsibility in 2017 / Theme II: Energie, Environnement, et Economie: Développement et Responsibilité en 2017

Preamble
In Canada, climate change, substantial energy and water consumption, intensive agriculture, and resource depletion are all playing an enormous role in changing the future for how Canadians live their day-to-day lives. We live in the most beautiful country in the world; from coast to coast we have a wealth of different natural resources, whether it is our forestry, agriculture, some of the largest oil reserves in the world, extensive coal and natural gas reserves, an assorted and broad array of minerals, or the third most renewable water resources on earth. The environment is not just an individual subject any longer as it has rapidly become an all-encompassing priority, touching on the political, economic, and social fabric of Canadian lives. Canadian provinces must come together and find common ground, Papineau looks towards our friends in Western Canada for leadership and dialogue to help find a solution that will benefit the entire country. With our abundance of natural resources, inventive corporations, and our prominent place on the world stage it is our responsibility to future generations of Canada and the international community to be a leader on environmental change.

Canadians understand that our country is heavily reliant on the current continental market, specifically the United States but following them on environmental policies is not the path Canadians want to be on. Canada must take the lead in the continental market and push the United States and Mexico to take a larger step in creating environmentally-friendly policies. By becoming the international leader in innovative environmental technologies, policy initiatives, and research, our economy will see immeasurable long-term benefits from exporting commodities and job creation, our country will regain the respect and admiration we have lost in the international community, and most importantly our future generations will live in a healthy, creative, and dynamic country. Our youth are not only the leaders of tomorrow but have become the leaders of today in regards to the environment. We must listen to them in order to comprehend the importance of Canada becoming committed to understanding the impact we are having on the environment and working to continually improve our environmental performance, while encouraging and supporting other countries to do the same.

Préambule
Au Canada, le changement climatique, l’importante consommation d’énergie et d’eau, l’agriculture intensive et la diminution des ressources joueront un grand rôle dans le changement du mode de vie des Canadiens au quotidien. Nous vivons dans le plus beau pays du monde, de la côte Est à la côte Ouest. Nous avons une diversité de ressources naturelles abondantes, que ce soit sur le plan forestier, de l’agriculture, la possession d’une des plus grandes réserves de pétrole au monde, l’importante réserve de gaz naturel et de charbon, le large éventail de minéraux et la troisième plus grande ressource d’eau renouvelable au monde. L’environnement n’est plus un sujet à part mais s’est rapidement propulsé au rang de priorité incontestable qui touche à la vie politique, économique et social des Canadiens. Les provinces canadiennes doivent se réunir autour d’un projet commun, Papineau porte son attention sur ses amis de l’Ouest Canadien pour un leadership et l’ouverture d’un dialogue pour trouver une solution qui bénéficierait au pays tout entier. Avec l’abondance de nos ressources naturelles, nos entreprises innovatrices, notre rôle de premier plan sur la scène international, il est de notre devoir envers les générations futures du Canada et de la communauté internationale d’être un leader dans le domaine des changements environnementaux.

Les Canadiens comprennent que notre pays est dépendant du marché continental actuel, spécifiquement des États-Unis mais suivre leur modèle de législation environnemental n’est pas le chemin que les Canadiens veulent prendre. Le Canada doit aller de l’avant et pousser les États-Unis et le Mexique à prendre de plus grande mesure législative pour l’environnement. En devenant le leader international en innovation technologique environnementale, en recherche et législations innovatrices, notre économie bénéficierait à long terme de l’exportation de denrées et de créations d’emplois, notre pays regagnerait le respect et l’admiration qu’il a perdu sur la scène internationale, et plus important encore, nos futurs générations vivraient dans un pays riche, créatif et dynamique. Nos jeunes ne seront pas seulement les leaders de demain mais par rapport à l’environement, ils sont dorénavant les leaders d’aujourd’hui. Nous devons les écouter si nous voulons comprendre l’importance pour le Canada de s’engager à la compréhension de l’impacte que nous avons sur l’environement et travailler à l’amélioration constante de nos performances environnementales tout en encourageant et aidant les autres pays à en faire de même.

“>Justin Trudeau on “One-on-One” with Peter Mansbridge on Saturday, March 27 2010

On October 2008, the people decided it was time for another Trudeau to head to the House of Commons.

So how’s he doing? What’s he doing? And what could his future hold?

Only one person can answer all that, and he’s here this week to do just that.